Je suis bon provencal et je vous comprends, calmez-vous, mon cher cabissol; mais avouez qu’en parlant

Les plus devots en riaient a pleine gorge. Nombre de projets furent emis, dont quelques-uns ainsi que cela arrive toujours en pareille circonstance etaient impraticables et dont d’autres s’ils avaient ete adoptes auraient peut-etre sauve le gouvernement.

.

Le domestique donna une machette, une paire de pistolets et un zarape a son maitre et lui boucla les eperons. . Il arriva devant la ferme, son fusil sur l’epaule. Allez donc, mon ami, je ne vous retiens plus. Tonia eut une hesitation legere et marcha vers lui comme a contre-coeur. Puis, il me semble qu’apres ma victoire de l’autre nuit, a l’hotel Saint-Baume, je serais bien bete de ne pas essayer.

C’est dit. Nous en sommes faches pour certains auteurs qui ont avance qu’une religion d’amour a remplace un culte barbare et cruel; il eut ete plus logique de dire qu’une religion vraie s’est substituee a une fausse. On vous l’a bien montre, aujourd’hui? –Ah! oui! Eh bien! amenez-le. La paleur lui resserre la peau, son coeur bat; mais comme il s’estime brave de l’effort qui l’amene pres elle! Il s’assied; et, bien qu’elle feigne une complete indifference, il espere.

Je ne sais rien; c’est une crainte. Rinal. Et vous ne me meprisez pas? –Pourquoi? Est-on maitre de son coeur? –Mais c’est la fiancee du comte, mon ami! L’aventurier ne repondit pas a cette exclamation. Le diable m’emporte si je vous comprends. Le soleil piquait sur leur face rougeaude ou coulait la sueur, en grosses perles luisantes.

. La determination du jeune homme fut bientot prise. Rien n’etait moins legal puisque la naissance de l’enfant ne fut pas declaree par le mari, mais l’opinion publique approuva. Pardonnez-moi, Tonia, murmura le beau gendarme. Puis s’adressant a Dominique: Je suis un voyageur, lui dit-il d’une voix entrecoupee et a peine distincte; je viens de la Veracruz, je me rendais a Mexico, lorsque j’ai ete assailli a l’improviste, depouille de ce que je possedais et laisse pour mort au pied de cette croix ou vous m’avez si providentiellement rencontre; de domicile, je n’en ai pas d’autre en ce moment que celui qu’il vous plaira de m’offrir! Voila toute mon histoire, elle est simple comme la verite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.