Mais, pour prendre un exemple moins tragique et d’observation plus aisée, tout le monde sait que,

Ce qui, d’ailleurs, fait l’excellence d’une règle, c’est de ne pas être restreinte à un fait spécial: l’exiguïté du cercle où se meut une règle est un signe certain d’empirisme; et, dans ce cas, la règle prend le nom de procédé. Posons maintenant quelques principes généraux de statique théâtrale. Supposez que cela se produisît sur la scène, et imaginez qu’au milieu d’Éliante, de Philinte, d’Acaste, de Clitandre, d’Alceste et de Célimène, tous assis, il restât un siège vide: quelle importance ce détail ne prendrait-il pas aux yeux des spectateurs! Ce siège vide intriguerait le public et distrairait l’esprit d’une des plus belles scènes de l’ouvrage, car il serait là comme un siège d’attente et semblerait annoncer un nouveau personnage, et par suite une péripétie que notre esprit serait déçu de ne point voir se produire. C’est ainsi qu’en 1878, à la Comédie-Française, on a repris _le Misanthrope_ avec les costumes faits en 1837 pour une représentation de gala à Versailles et qui sont à la mode de la minorité de Louis XIV, bien que _le Misanthrope_, qui date de 1666, eût toujours été joué jusqu’alors en habits carrés de la seconde moitié du siècle. Dans ce chapitre et le suivant je voudrais, au point de vue de l’esthétique et de la mise en scène, dire quelques mots du rôle de la musique dans les représentations théâtrales. S’il s’agit de pièces grecques ou romaines, il est d’ailleurs évident que le point de vue d’où on a successivement jugé l’antiquité s’est fréquemment déplacé, et que la même représentation ne pourrait satisfaire les spectateurs actuels, après avoir satisfait ceux des deux derniers siècles. Cette disposition éclairait immédiatement le public sur le rang et le rôle du personnage qui paraissait. Par cette harmonie, dans laquelle il maintient tout l’appareil objectif de la scène, il se rapproche du peintre qui n’obtient un effet réellement puissant qu’en sachant se décider à une foule de sacrifices nécessaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *