En peinture, l’art de la composition est en grande partie fondé sur l’association des idées et

Ce qui nous reste donc à examiner, c’est jusqu’où la mise en scène peut se prêter à toutes les exigences naturalistes. Autrement, s’il s’agissait au théâtre de réalité, comment le public serait-il apte à juger de la vérité, lui qui la plupart du temps n’a pas directement observé cette réalité? Au contraire, transportez-le au milieu de civilisations éteintes ou étrangères, dans un milieu populaire, bourgeois ou aristocratique, étalez devant ses yeux les crimes les plus monstrueux, les actes vertueux les plus rares, il s’écriera ingénument: comme c’est nature! comme c’est vrai! et vous, poètes et comédiens, vous savourerez cette manifestation de son admiration, et c’est pour mériter cet éloge que vous donnez toutes vos forces à un travail qui souvent vous tue. Or une idée générale n’est pas moins vraie qu’une idée particulière; l’une s’applique à un plus grand nombre d’objets, l’autre à un plus petit nombre, voilà tout.

D’autres plus complaisants diront que ce sera la vie qui, en absorbant l’art, en recevra une beauté nouvelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.