Ainsi, si l’on voulait représenter la mort du duc de guise, et que l’on s’appliquât à

Mais la situation est absolument différente au premier acte. Au théâtre, des considérations de premier ordre font passer par-dessus cette anomalie. Dans la mise en scène, la distribution des rôles est donc d’une importance capitale. Erreur de l’école réaliste.

Leurs relations avec le drame.

Et de fait, le public accueillait presque toujours ces pauvres licteurs d’un rire moqueur qui avait pour premier inconvénient de détruire son propre plaisir. Tout ce que son oeil juge peint et sans réalité n’a qu’une influence générale et faible sur son esprit; il ne lui accorde, avec raison, qu’une attention de surface. Le point de l’axe du théâtre situé devant le trou du souffleur est par excellence le point de convergence optique.

Les changements de tableaux impliquent des changements à vue. L’abus ou l’excès de la mise en scène détourne le jugement du spectateur de l’objet qui devrait faire sa préoccupation principale, par suite abaisse son goût, et en même temps pousse les auteurs, qui peuvent compter sur l’effet d’un puissant appareil représentatif, à se contenter d’un succès plus facile à obtenir et à négliger la conception de leur oeuvre et la conduite de l’action. Il y a là une heureuse hiérarchie dans les effets. Ainsi, dans la comédie, quand une jeune fille pleure elle porte son mouchoir à ses yeux, et son air ainsi que le mouvement de sa poitrine suffisent à dessiner l’image du chagrin, parce que ces différents traits sont généraux et se retrouvent à peu près dans l’expression de toutes les douleurs de l’âme. La mise en scène, en effet, subit fatalement la loi de concentration, en vertu de laquelle l’attention du spectateur est ramenée et se fixe sur le personnage humain.

Mais, hâtons-nous de le dire, il faut s’y résigner. Il en est de même de la mort de Jane Grey. Le vaudeville. On pourrait citer un plus grand nombre d’exemples.

Rien aux yeux de ce père et de cette jeune fille, comme à ceux du spectateur, n’est digne d’exercer une influence quelconque sur leur résolution morale, ni le luxe des appartements, ni les richesses qui s’entassent dans les coffres de banquier, ni la beauté des costumes, rien enfin de ce qui est la marque de la position plus haute à laquelle leur position plus humble leur défend d’aspirer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *