De tout ce vaste ensemble, je ne retiendrai que l’esthÉtique thÉatrale, c’est-à-dire l’étude des principes et

Toutefois, cette physionomie particulière de la mise en scène pourrait être un obstacle à la reprise future de nos pièces modernes; car ce qui nous parait aujourd’hui un trait de jeunesse sera un jour une ride d’autant plus marquée que le trait aura été plus précis.

Il y a donc là une modification nécessaire à faire, d’autant plus que dans la pièce on parle d’Athènes à différentes reprises, et que par suite cette toile de fond doit légèrement brouiller les idées d’un certain nombre de personnes. Il est juste d’ajouter que, dans beaucoup de cas, la dignité personnelle du comédien doit entrer en ligne de compte; mais c’est là une raison de sentiment qui me semble secondaire.

De même que la mise en scène peut pécher par excès, elle peut aussi pécher par défaut. Que se passe-t-il donc en nous quand nous lisons une oeuvre dramatique? Il est clair qu’elle ne pénètre pas dans un esprit vierge de toute impression similaire. Au pied du premier lit, à droite, une soeur, veillait; dans le lit était étendue une moribonde, dont le visage à demi fracassé était recouvert d’un voile de gaze. D’autres fois, il y a déplacement dans les points de plus grande intensité, par suite de la prépondérance inattendue que le jeu d’un acteur donne à l’un des personnages. Dans les préfaces ou les notes qui accompagnent ses pièces imprimées, Victor Hugo se fait un mérite d’avoir puisé une foule de traits particuliers, peu connus, dans tel ou tel auteur espagnol ou anglais; ce serait, en effet, un mérite pour un historien, mais ce n’en est pas un pour un poète dramatique.

Je ne puis, on le comprendra, qu’effleurer un sujet très complexe dans lequel chaque cas demanderait à être étudié en lui-même, ce qui serait d’un détail infini. Tout cela, bien que ne présentant aucune difficulté, se comprendra mieux encore au moyen d’un exemple. Or, d’où le public tiendrait-il cette compétence que vous lui reconnaissez, s’il ne devait formuler son jugement que d’après l’observation personnelle et directe du phénomène? S’il a le droit de porter ainsi l’éloge ou le blâme sur vos travaux, sur vos conceptions et sur les résultats de vos longues et pénibles études, c’est qu’il rapporte la représentation que vous lui offrez à l’idée qu’il se fait du phénomène et à l’image qu’il possède en lui-même; et ce qu’il applaudit, ce n’est pas la reproduction d’une réalité qu’il ne lui a pas été donné d’observer directement, mais le degré de ressemblance de l’image que vous dessinez à ses yeux avec l’idée qu’il s’est formée du fait représenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.