Puisqu’il n’y a pas équation entre l’effet représentatif d’une oeuvre dramatique et sa valeur intrinsèque, nous

Il y a donc un degré d’exactitude au delà duquel la mise en scène deviendrait non seulement antithéàtrale, mais même antiartistique. Quand un auteur veut traduire sur la scène, pour en tirer des effets comiques, des personnages de la vie réelle, auxquels nous attachons des idées, factices peut-être, mais très puissantes, de dignité, de fierté morale, et qui dans notre esprit sont associés à des sentiments extrêmement délicats, il ne peut le faire, sans nous blesser, qu’en exagérant ce qui est précisément chez eux une qualité essentielle. Mais il me paraît nécessaire de les rattacher à un point fixe et de chercher, en dehors du théâtre, une méthode de démonstration.

Le misérable, en effet, s’est enfoncé dans les yeux une épingle d’or arrachée au cadavre de la reine.

Quelquefois, au contraire, elle jaillit du cerveau sans effort, et, dans ce cas, l’artiste se sent dès le premier jour absolument maître de son rôle. Quant aux objets représentés, qui par leur nature auraient pu faire partie du matériel figuratif, il est important qu’ils soient peints largement, sans aucune recherche du trompe-l’oeil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *