Tous les spectateurs ont souvent remarqué combien est maigre l’effet représentatif d’objets qui, appartenant censément à

Cela paraît tout simple au spectateur qui ne paraît nullement s’en étonner, et qui n’y voit probablement aucune difficulté. C’est l’orchestre seul qui fait ici l’office de multiplicateur. La nécessité de plaire à la foule s’impose donc, mais impose du même coup à l’art un sacrifice pénible; car l’idéal s’abaisse sensiblement à mesure qu’augmente en nombre le public dont on sollicite les applaudissements. . Ce nouveau public, vierge d’émotions esthétiques, auquel s’adressent aujourd’hui les poètes dramatiques, n’est pas formé à juger une passion ou un caractère en soi, indépendamment du circonstanciel des faits; mais il rapporte cette passion et ce caractère à son expérience personnelle et actuelle, et pour apprécier ce que l’une a d’horrible et l’autre de ridicule n’a d’autre étalon que la réalité. La plupart du temps sans doute le spectateur n’éprouve qu’un ennui que dissipe le lever du rideau; mais quelquefois la longueur de l’entr’acte nuit à l’effet dramatique.

En général, les hommes se laissent aller beaucoup plus facilement que les femmes à grossir l’effet représentatif de leur rôle; cela tient sans doute à ce que les femmes possèdent à un plus haut degré la faculté d’imitation et d’assimilation, tandis que les hommes sont poussés par une puissance d’agir, difficile à contenir, à forcer leurs premiers effets et à en essayer de nouveaux. Je n’ai plus à ajouter que quelques mots explicatifs, pour clore cette préface.

Dans les chapitres précédents, nous avons parlé du jeu de scène, en le considérant comme un acte isolé, détaché d’un ensemble dramatique ou comique. On en tient compte, sans doute, dans une certaine mesure, les hommes surtout, car les femmes y résistent ou plutôt se révoltent contre elle. Jadis les classes étaient nettement séparées les unes des autres et ne se confondaient jamais. Application de la loi au matériel figuratif. _Le Cid_ et _Bajazet_. Son corps, auquel sa fierté donnait une sorte de rigidité, ploie et assouplit ces mêmes vêtements sous l’effort du mouvement passionné qui l’agite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *