Le spectateur l’accepte, et quand le personnage en scène captive son attention, il aperçoit vaguement l’incohérence

La seconde raison a une portée esthétique à laquelle j’ai déjà fait allusion ci-dessus, et sur laquelle j’appelle l’attention des personnes qui se laissent trop facilement séduire par les promesses de l’école réaliste ou naturaliste. La disparition de l’orchestre entraîne cette conséquence que, lorsque la musique doit jouer un rôle dans une pièce, ce sont les personnages eux-mêmes qui sont les exécutants, soit qu’ils chantent avec ou sans accompagnement, soit qu’ils jouent d’un ou de plusieurs instruments. Les actrices trouveraient, dans le maniement de cette draperie toujours libre, flottante ou serrée à leur gré, l’occasion de beaux plis ou de gracieux enveloppements. Il est réglé à la Comédie-Française d’une manière tout à fait remarquable, et les mouvements de la figuration peuvent s’y comparer aux évolutions savantes et mesurées des choeurs antiques. Il doit, en outre, interdire aux comédiens de troubler l’harmonie générale de l’oeuvre en grossissant trop sensiblement l’effet représentatif de leur rôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *