Faire de la mise en scène une copie servile de la réalité serait d’abord une impossibilité

La transparence de l’atmosphère, la netteté des lignes, l’égalité des effets, la coloration puissante des tons, ne semblent pas s’associer à la mélancolie humaine comme les paysages humides et crépusculaires du nord.

La réforme du costume tragique commencée par Lekain et Mlle Clairon a été achevée par Talma. Le mot de convention, dans ces cas-là, ne me paraît cependant juste que si on lui donne uniquement sa signification véritable, qui est celle d’accord entre les manières de voir, et que si on n’y attache pas une idée d’arbitraire. On peut dire, sans exagération, qu’elle est tout entière contenue dans la théorie des milieux.

Au premier acte, un simple voile de gaze est fixé sur sa tête. La mise en scène s’est bien lentement perfectionnée et nos idées sur le costume datent à peu près de la fin du siècle dernier. Or, dans une société démocratique, c’est une compensation qu’il n’est pas permis de négliger et qu’on serait même coupable de ne pas rechercher.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *