En parlant du travail théâtral, des décors, des jeux et des combinaisons scéniques, j’ai d’ailleurs évité

_Iphigénie en Aulide_ se fût aisément prêtée à des remarques non moins importantes. Si donc ce n’est pas dans l’inégalité de leur génie poétique que gît la différence de vitalité de leurs oeuvres dramatiques, il faut en faire remonter la cause à un excès de richesse dans l’imagination de Victor Hugo, qui l’a entraîné à un abus perpétuel d’effets uniquement représentatifs et à une recherche purement épique du pittoresque et de la couleur locale. Il arrive souvent qu’une disposition scénique se trouve en contradiction avec la valeur relative des personnages: dans ce cas, l’effet sur lequel on comptait ne se produit pas, parce que la mise en scène a contrarié et amoindri l’effet dramatique. Qui songe à reprocher à ces personnages de s’asseoir et de discourir au beau milieu d’une place publique? Qu’importe, pourvu que ces personnages nous éblouissent des étincelles de leur esprit, que la vérité psychologique et que l’observation morale naissent du choc de leurs caractères et du conflit où les engagent leurs passions! Ce spectacle a le pouvoir magique d’offrir à nos méditations l’être humain, dégagé de toutes les réalités qui l’encombrent et le masquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.