Ainsi, si nous revenons aux exemples que nous avons cités dans le chapitre précédent, nous trouverons

Je ne parle pas seulement des convenances banales qui consistent à ne pas outrager les bonnes moeurs. C’est en ce sens que le comédien doit toujours étudier la nature; car il est nécessaire qu’il compare, le plus souvent possible, la présentation et la représentation des phénomènes, afin de discerner si les traits dont il revêt ses imitations ont bien tous le caractère général qui sera pour tous les spectateurs la marque de la vérité, et de découvrir peut-être quelque trait nouveau qui soit de nature à rendre la ressemblance plus parfaite. On a fait une économie de sept tableaux, qui sont, il est vrai, les moins importants; mais, ce qui est plus grave, c’est que l’on a modifié la division de l’action dramatique, de telle sorte l’_Othello_ est devenu une pièce en huit actes. Nous devons maintenant examiner, au moins succinctement, la mise en scène d’un rôle et son rapport avec le développement de l’action, mais en nous préoccupant exclusivement de l’aspect du rôle et en laissant de côté tout ce qui touche à la déclamation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *