Toutefois, il y a là une ligne de partage assez nettement tracée: d’un côté, l’art dramatique,

D’un autre côté, la même confusion éclate quand il s’agit de la représentation des chefs-d’oeuvre étrangers. .

Or, on peut aisément reconnaître que l’école réaliste, ses excès mis à part, obéit, mais aveuglément et sans conscience du but final de l’art, à l’esprit qui gouverne le monde moderne.

L’agitation du héros est interne et ne deviendra en quelque sorte externe que lorsque le sentiment qui l’anime, de délibératif qu’il était, deviendra résolutif.

C’est ce dont il est facile de se rendre compte. Quelques auteurs modernes qui se piquent d’une exactitude scrupuleuse se leurrent eux-mêmes, parce qu’ils ne se rendent pas compte que ce qu’ils prennent pour la réalité n’est qu’une image et qu’une interprétation de la nature, modifiable suivant le tempérament, la constitution physique et l’adaptation physiologique de chacun de nous. Il est à croire que ces combinaisons donnent lieu, comme en chimie, à des composés dont les uns sont très stables et les autres particulièrement instables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.