Tant qu’un de ces trois arts borne son ambition à nous procurer, dans toute son intégrité,

Des zones invisibles.

Il a été écrit en effet d’un bout à l’autre sans le secours d’aucune note et d’aucun livre, par la simple méthode spéculative. Nous arrivons à l’examen du costume le plus important de la tragédie, celui de Phèdre elle-même. C’est jour de grande soirée chez la reine d’Illyrie; sous l’apparence d’un bal, il s’agit d’une réunion politique où vont se prendre des résolutions viriles.

Il serait d’ailleurs puéril d’en rechercher la cause dans le changement de langue que nécessite la translation de ses oeuvres sur notre théâtre, car c’est par la traduction seule qu’un grand nombre de lecteurs français connaissent Shakspeare et apprennent à l’aimer et à l’apprécier. La règle est générale et on en trouvera l’application dans toute mise en scène bien conçue. Quand bien même d’ailleurs celles-ci seraient parfaites, leur persistance forcerait l’esprit du spectateur à une coordination tout à fait contradictoire, l’immobilité de l’air et de la nature peinte s’associant fort mal au grondement perpétuel de la foudre et au bruit ininterrompu du vent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *