Au second acte, clytemnestre et iphigénie doivent porter des costumes simples; mais, si clytemnestre, qui ne

Labiche et de M. A ce moment un trouble profond et délicieux envahit notre être tout entier, une angoisse inquiète, haletante nous étreint, pareille à l’émotion de l’amant qui surprend un signe adoré; un besoin d’air et d’espace infini semble nous soulever, comme ces rêves qui nous donnent des ailes; puis à cette volupté étrange et rapide succède un attendrissement qui se résout en larmes, et bientôt la lassitude qui suit ce moment de plaisir suprême nous permet de mesurer la puissance de la commotion dont tout notre être a été ébranlé. Sur la scène de l’Opéra, ce qui régit la composition des groupes, c’est la répartition des voix; mais, dans une oeuvre dramatique, il y a lieu de se préoccuper de l’effet optique, de l’importance des groupes par rapport à la situation et à la marche de l’action, et surtout du rôle qui est dévolu à la figuration à laquelle je donnerai souvent le nom de _choeur_, qu’elle avait chez les anciens.

Cet appareil formidable hausserait le génie tragique de l’acteur; et le spectateur aurait alors la sensation nécessaire de l’ambition démesurée et de l’indomptable orgueil d’Agamemnon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *