Son aspect farouche doit d’ailleurs imprimer dans l’esprit des spectateurs une idée de rudesse inexorable; or

Dans le premier cas, le monde intérieur de l’âme nous enveloppe en quelque sorte tout entier et nous protège contre toute influence étrangère; dans le second, le monde extérieur nous sollicite avec l’extrême diversité des sensations qui nous attendent de tous les côtés. L’abus ou l’excès de la mise en scène détourne le jugement du spectateur de l’objet qui devrait faire sa préoccupation principale, par suite abaisse son goût, et en même temps pousse les auteurs, qui peuvent compter sur l’effet d’un puissant appareil représentatif, à se contenter d’un succès plus facile à obtenir et à négliger la conception de leur oeuvre et la conduite de l’action.

De l’ornementation. Est-ce vraiment dans cet accoutrement flottant, sans chapeau et sans armes, que Théramène accompagnait Hippolyte? Il semble qu’il vienne de faire une promenade idyllique autour du lac de Génésareth. Il faudrait une longue analyse pour décomposer ce travail, dont on aura une mesure bien affaiblie si nous disons que l’esprit coordonne d’abord, non seulement son état de conscience présent, mais encore ses états de conscience antérieurs, avec les lieux, les costumes et le langage des personnages; ensuite qu’il coordonne entre eux les mouvements, les attitudes, les gestes, la physionomie, les regards, les mots, les phrases, la hauteur des sons, leurs relations, leur intensité, le rythme, et enfin les idées, qui se dérobent sous une foule d’images, faibles ou vives, souvent lointaines, et qu’il calcule encore leurs rapports avec toute la succession des faits écoulés et des faits possibles, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.