Un soldat, au milieu de la mêlée, n’a pas immédiatement conscience d’une blessure qu’il vient de

Supposons qu’un poète nous représente Périclès pleurant sur le tombeau du dernier de ses fils. En tout cas, ce dont il fallait bien se pénétrer, c’est que le costume d’Antony ne devait être ni une copie ni une réminiscence, mais une création au sens artistique du mot.

Au troisième acte du _Marquis de Villemer_, celui-ci est à droite évanoui sur le canapé, et Mlle de Saint-Geneix est à gauche devant la table de travail et le regarde. La véritable scène où se meuvent les personnages du drame, c’est le cerveau même du poète: c’est là qu’il faut chercher les mobiles secrets de ses héros, qui obéissent bien plus à la volonté expresse de leur créateur qu’à la logique de leurs propres passions; et c’est là seulement que peuvent entièrement se réaliser ses conceptions scéniques et décoratives souvent à peu près irréalisables, comme dans _le Roi s’amuse_. . Dès que l’action dramatique éveille en nous la sympathie que nous ressentons pour toute douleur ou toute joie, le décor échappe rapidement à notre attention, et la mise en scène disparaît à nos yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *