Chapitre xiii de la fin nécessaire des objets composant le matériel figuratif

Il en est deux surtout qu’il paraît facile d’établir théoriquement et qu’observent d’ailleurs, par une intuition très sûre, les théâtres encore soucieux de la question artistique. Les théâtres des anciens leur étaient sans doute inférieurs sous le rapport de l’acoustique, mais ils étaient construits dans des conditions optiques très supérieures, attendu que le centre de convergence optique coïncidait presque avec le centre de figure.

Imperfections de la mise en scène réelle. Cette question du milieu est connexe à celle du nombre. Si le comédien est bien doué, il possède en lui-même une riche collection d’observations, souvent inconscientes, suites et séries d’images qui peuplent son imagination.

D’ailleurs, il est clair que certains objets sont plus caractéristiques que d’autres.

De tout ce vaste ensemble, je ne retiendrai que l’ESTHÉTIQUE THÉATRALE, c’est-à-dire l’étude des principes et des lois générales ou particulières qui régissent la représentation des oeuvres dramatiques et concourent à la production du pathétique et du beau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *