Ils sortirent alors suivis de leo carral et des deux domestiques du comte

. Ce cavalier etait don Melchior. Quelques minutes s’ecoulerent pendant lesquelles don Antonio, les bras croises sur la poitrine et les yeux fermes, se recueillit en lui-meme et se prepara, selon toute probabilite, a l’entrevue qu’il allait avoir avec la personne qu’il etait venu chercher si loin. Mais les inconnus ne voulurent rien entendre, et continuerent de lui adresser les epithetes de brute, d’imbecile et autres gracieusetes de ce genre.

Sur le terrain, quelque chose, subitement, lui predit qu’elle reviendrait, et il s’est defendu pour pouvoir l’aimer, l’adorer, lui poser un baiser.

S’il etait mort, grogna Pastoure, quelque chose me le dirait! –Voyez-vous, dit Cabissol, sentiment a part, la mort de Maurin me laisserait aujourd’hui l’impression d’une belle destinee interrompue avant l’heure. A ton age, mon homme, on a droit a la ration double.

Ou il sera parfaitement en surete. Il y a des braves gens partout, c’est entendu! –Et, dit M. .

Aux armes! Aux armes! criaient le comte et ses deux compagnons. Mais n’est-ce pas la regle d’ici-bas, helas! que le bonheur de l’un fasse le malheur de l’autre? Ainsi vont les choses terrestres. M. Ma foi, puisque vous etes servies, dit gaiement don Jaime, je ne vous laisserai pas souper seules avec ces caballeros, si toutefois vous daignez me permettre de vous tenir compagnie. . Pas grand chose, repondit-il. Ah! Mon ami, s’ecria le president avec decouragement, des qu’il se trouva seul avec l’aventurier, que peut-on esperer d’un peuple aussi denue du sens moral que le notre? Helas! Que doivent penser les gouvernements europeens de cette apparente barbarie! Quel mepris ne doivent-ils pas avoir pour notre malheureuse nation! Et pourtant, ajouta-t-il, ce peuple n’est pas mechant, c’est son long esclavage qui l’a ainsi rendu cruel et les interminables revolutions dont depuis quarante ans, il est constamment victime; venez, suivez-moi, il faut en finir. XV DON MELCHIOR Nous substituerons notre recit a celui du ranchero, qui d’ailleurs ignorait beaucoup de particularites, ne connaissant que les faits, tels qu’on les lui avait rapportes a lui-meme, et faisant quelques pas en arriere; nous reviendrons au moment precis ou Olivier, car le le lecteur l’a sans doute reconnu dans don Jaime, s’etait separe de dona Dolores, et du comte, a deux lieues environ de l’hacienda del Arenal. L’escorte se mit en selle; le vieillard monta alors dans la berline dont la portiere fut fermee par un domestique qui prit place sur le siege a cote du cocher; quatre autres domestiques bien armes se rangerent derriere la voiture.

Une fois engage sur cette voie glissante du crime, le jeune homme s’y etait jete a corps perdu sans hesitation comme sans remords pour atteindre le but qu’il s’etait trace, celui de s’emparer de la fortune paternelle; apres un parricide, un fratricide n’etait rien pour lui, il l’executa avec un machiavelisme de precautions atroces; d’autres crimes plus affreux encore s’il est possible etaient racontes avec une verite de details tellement saisissante et appuyes de preuves si irrecusables que les temoins, appeles par le condamne, se demandaient avec epouvante, s’il etait possible qu’il existat un monstre si atroce et quel horrible chatiment lui reservait cette justice divine dont il se jouait avec un si affreux cynisme depuis tant d’annees.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *