On peut, en effet, accorder au réalisme le droit qu’il réclame de différencier, par exemple, le

La durée des entr’actes est donc sans rapports avec le temps supposé écoulé par le poète et avec le nombre d’événements qu’il imagine s’être passés entre deux actes.

Pour éclaircir cette question, il convient d’examiner à ce point de vue deux oeuvres dramatiques dans lesquelles les émotions de tristesse ou de joie sont précisément fondées, dans l’une, sur des causes subjectives, dans l’autre, sur des causes objectives. L’effet obtenu, qu’augmenterait encore l’assombrissement du jour et le mouvement des nuages sur le disque lunaire, obtenu par l’électricité, dépasserait peut-être en intensité d’impression l’effet obtenu par le peintre; mais, qu’on le remarque, il serait produit par un appareil étranger à la scène. Poirier_, la transition, pour ne pas être brusque, n’en sera que plus délicate; et le spectateur, s’il y pense, pourra commencer à s’apercevoir de toute la difficulté qui préside à la mise en scène d’un rôle. Le peintre a ainsi associé une tourmente de la nature à un acte criminel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.